RTUP-HOLEP-RTUV
RTUP-HOLEP-RTUV

RTUP - HOLEP - RTUV, d'hier à aujourd'hui.

Les origines de RTUP – HOLEP – RTUV

C’est le français Jean Riolan en 1649 qui découvre le lien entre l’augmentation de volume de la glande prostatique et la rétention aiguë d’urine. Jusqu’au XVIIIe siècle, la prise en charge des hypertrophies prostatiques reste très limitée et accompagnée de nombreuses complications. Elles sont souvent traitées par des cathéters évacuateurs.  Largement décrite par Ambroise Paré, la dangerosité de l’intervention était principalement dûe aux instruments ; trop imposants et rigides. Ces outils évoluent entre les mains de Jean-Louis Petit pour désormais présenter une double courbure. Cependant ils restent encore pénible à manier et on surnomme le geste « le Tour de Maître ». Début XIXe siècle, Leroy D’Etiolles invente la bougie à bout olivaire et réalise un noeud prostatique pour sectionner à l’aveugle le lobe médian. Petit à petit les instruments évoluent avec par exemple Louis Auguste Mercier qui développe l’usage d’une sonde bicoudée ou Auguste Nélaton (Chirurgien de Napoléon III) qui conçoit en 1839 une sonde molle en caoutchouc. Jean Civiale à la fin du XIXe siècle s’intéresse à l’origine de l’engorgement prostatique et distingue le lobe médian des lobes latéraux. A cette époque, deux méthodes coexistent. La première par voie périnéale est la plus couramment utilisée, pourtant elle n’en est pas moins dangereuse avec des complications comme des incontinences, des fistules ou des problèmes d’érection. La seconde, par voie hypogastrique, se pratique de plus en plus à la fin du siècle. Et même si les complications précédentes sont évitées, il subsiste encore des risques hémorragiques. En 1945, Terence Million propose une méthode basée sur l’anatomie extra-vésicale et effectuée par voie rétro-pubienne. Cette technique est considérée comme plus rapide et comportant moins de complications.

Avec le développement de nouvelles technologies, d’autres alternatives émergent pour remplacer l’adenomectomie classique. Que ce soit grâce à l’énucléation par les lasers Holep ou par endoscopie avec la technique RTUP.

Fermer